Tour de France
Le Grand Départ Pays Basque du Tour de France commence

GARATE : UN RENARD DANS LES MONTAGNES NUES

autora: Ander Izagirre, 

L'équipe Rabobank connut un Tour de France horrible en 2009. Elle n'avait pas gagné une seule étape, n'avait pas un seul coureur dans les quarante premiers et voulait juste arriver à Paris et en finir. Lors de la réunion qui précéda l'avant-dernière étape, qui s'est terminée sur le Mont Ventoux, Juan Antonio Flecha a tenté d'encourager ses coéquipiers :

- Le Ventoux est une montagne mythique. Gagner là, c'est comme gagner un Paris-Roubaix, aujourd'hui il faut tout donner... 

- OK, Flecha", l'a interrompu Juanma Garate d'Irun.

- Vraiment : si tu gagnes sur le Ventoux, tu entres dans l'histoire du cyclisme. Merckx, Poulidor, Charly Gaul... ont gagné ici...

Tais-toi, Flecha, je vais gagner pour que tu sois content.

Les rires fusent. Garate se souvient qu'il y eut des rires et qu'il s’accrocha durant le troisième kilomètre de l'étape à un groupe de seize coureurs. À mi-parcours, ils avaient dix minutes d'avance, mais les équipes de favoris tiraient fort et les échappés commencèrent à gravir le Ventoux à quatre minutes de l'arrivée.

- Je me sentais bien", déclare Garate. Dans la première partie de l'ascension, j'ai accéléré pour réduire le groupe au maximum, pour éviter les surprises, pour qu'il n'y ait pas un jeu d'attaques, de contre-attaques et de vigilance entre beaucoup de coureurs, parce que cela peut devenir incontrôlable.

Il prit ensuite quelques élancées et ne fut suivi que par Tony Martin. Dans les années qui suivirent, l'Allemand remporta quatre fois le contre-la-montre mondial, cinq étapes du Tour, un Paris-Nice et devint l'un des sprinters les plus puissants du peloton durant une décennie, mais à l'époque, il n'était qu'un débutant de 24 ans. Garate avait 33 ans, il a donc mis à profit son expérience de vétéran.

- Quelques semaines plus tôt, nous avions gravi le Ventoux dans le Dauphiné, j'étais donc très frais sur le vélo. Les dix kilomètres dans la forêt sont très durs, tout le temps en pente à 9 ou 10%, c'est la partie qui me convenait le mieux pour lâcher mes adversaires. Mais je n'avais pas l'intention de tous les laisser tomber. Car à partir du chalet Reynard, la pente s'adoucit, mais on entre dans la pente nue, dans ce paysage lunaire de pierre blanche, où le vent souffle très fort, ce n'est pas pour rien qu’on appelle ce sommet le Mont Ventoux ! Dans ces six derniers kilomètres, on peut fondre si on est seul contre le vent. Et nous étions poursuivis par les favoris du Tour. C'est pourquoi, quand j'ai vu Tony Martin me suivre, je me suis dit : voilà le compagnon idéal jusqu'au dernier kilomètre.

Garate avait déjà jeté son dévolu sur Martin. Au cours de la première semaine du Tour, l'Allemand avait réalisé un très bon contre-la-montre, avait cédé les sprints à Cavendish, s'était accroché aux meilleurs lors de la première étape de montagne et porta le maillot blanc du meilleur jeune cycliste de la course.

- Martin était un débutant, mais je pouvais déjà voir qu'il était sur la bonne voie. Dès qu'on passa le Chalet Reynard et que les rampes descendirent à 6 ou 7%, le gars mit le grand plateau. Nous grimpâmes en relais, ce qui était bien pour moi.

Garate avait besoin de l'aide de Martin pour garder l'avantage sur les favoris. À sept kilomètres de l'arrivée, l'écart n'était plus que de 1'15". C'est alors que les favoris ont commencé à se contrôler, car les deux premières places du classement général étaient acquises pour Contador et Andy Schleck, mais la troisième marche du podium se jouait entre Armstrong, Frank Schleck et Wiggins à une poignée de secondes près. Ils attaquent, se neutralisent, s'arrêtent et attaquent à nouveau. Ces marches donnent un peu d'oxygène à Garate et Martin.

A 1,2 kilomètres de l'arrivée, Garate attaque Martin. Il le laisse cloué au sol et s'envole vers l'arrivée. C'est du moins ce qu'il semble. Car un peu plus loin, l'Allemand se raccroche à la roue de l'Espagnol.

À la télévision, les commentateurs parlent de l'excès de confiance de Garate : il a attaqué trop tôt, il a été porté par le vent, il va maintenant payer son effort...

Mais Garate s'était laissé prendre volontairement.

- Je me suis retourné, j'ai vu qu'il avait creusé un écart mais qu'il ne le creusait plus. Martin me maintenait à une distance dangereuse, il avait un coup à jouer et j'avais peur de me brûler et qu'il revienne à la fin. J'ai fait un peu de théâtre.

Martin ne l'a pas seulement rattrapé, il l'a dépassé et a imprimé un rythme très élevé jusqu'au dernier virage, avec Garate toujours accroché à sa roue. Les favoris étaient déjà au bout de la ligne droite, avec à peine quarante secondes de retard.                

- Martin a cru à mes simagrées. Il pensait que j'avais fondu ou que j'avais des crampes, il a poussé fort pour me laisser derrière, mais en réalité je roulais le plus confortablement possible.

Dans le dernier virage, Garate décolla. Au moment où il franchit la ligne d'arrivée, il baissa les mains, serra les poings et poussa un cri d'euphorie.

- Ce n'est pas que j'ai réalisé un rêve, c'est que j'ai réalisé quelque chose de beaucoup plus grand que ce dont j'avais rêvé.

C'était une victoire dans le Tour, une victoire sur une montagne légendaire comme le Ventoux, une victoire qui s'ajoutait à celles que j'avais déjà remportées au Giro et à la Vuelta. Garate attache une grande importance à ses victoires dans les trois grandes courses. Il a également remporté une étape du Tour de Suisse, une autre du Giro del Trentino et un championnat d'Espagne. Il a couru ses premières années avec une équipe italienne, Lampre, et sa grande course a toujours été le Giro (il a terminé quatrième, cinquième et septième, remportant également la montagne), il n'a jamais considéré le Tour comme un objectif prioritaire de la saison. Mais à l'âge de 33 ans, l'occasion s'est présentée et il a utilisé toute sa force et son expérience de vétéran pour frapper un grand coup dans la montagne nue.

Le lendemain, il arrive sur les Champs-Elysées, flottant de bonheur. Le soir, à l'hôtel, il appelle l'ascenseur pour descendre dîner. Les portes s'ouvrent et il trouve Tony Martin.

- Oups ! Quelle grimace nous avons fait tous les deux.

Le vétéran Garate avait gravi le Ventoux trois secondes avant le jeune Martin, puis ils étaient descendus ensemble dans la salle à manger de Paris.

DERNIÈRES VICTOIRES BASQUES

Peu de cyclistes basques du XXIe siècle ont obtenu un palmarès aussi remarquable que Juanma Garate, mais il a peut-être été moins reconnu parce qu'il a couru pour des équipes étrangères... en plein âge d'or de l'Euskaltel-Euskadi.

- Il est vrai que les médias parlaient beaucoup de l'équipe locale, que les supporters étaient très attachés à la marée orange, et je le comprends. Je me souviens d'une fois où je grimpais le Tourmalet intégré à un groupe d'échappés avec Egoi Martínez, Amets Txurruka et Gorka Verdugo. Je tirais, mais tous les cris étaient "aupa Egoi, aupa Amets, aupa Gorka". C'est normal, car les yeux des supporters soient tournés vers le maillot orange.

L’Euskaltel-Euskadi disparut mais le cyclisme basque continua d’être présent dans le Tour et remporta quelques victoires dans des étapes importantes. En 2016, Ion Izagirre se lança dans une descente mémorable de la plaine de Joux sous la pluie, déloga plusieurs des meilleurs descendeurs du peloton comme Pantano, Nibali et Alaphilippe, et s’imposa à l'arrivée à Morzine. En 2018, Omar Fraile termina l'échappée dans la montée vers l'aérodrome de Mende, devant des rivaux de taille comme Alaphilippe, Stuyven et Sagan.

Et c’est jusqu’ici qui s'étirait les triomphes basques, et une histoire qui s'est prolongée avec les spectaculaires victoires de Pello Bilbao et Ion Izagirre quand le Tour de France quitté l’Euskadi.

Autheur: Ander Izagirre

Photos: Sirotti et Twitter Juanma Garate