Tour de France
Le Grand Départ Pays Basque du Tour de France commence dans

Les limites de Cabestany

autora: Ander Izagirre, 

Cabestany n'avait jamais revu les images de sa victoire sur le Tour 1986. Lorsqu'on les lui avait montrées dans une salle pleine de monde, vingt-cinq ans plus tard, il poussa un cri d'amusement et d'angoisse :

-Je ne vais pas y arriver, je ne vais pas y arriver !

Le Pello Ruiz Cabestany de 1986, portant le maillot bleu et blanc de Seat-Orbea, avait attaqué dans une montée, à sept kilomètres de l'arrivée à Evreux, avait cassé le train de l'équipe Panasonic qui préparait le sprint du très rapide Eric Vanderaerden, avait rattrapé Federico Etxabe, l'avait laissé dans la légère montée du dernier kilomètre et était déjà en train de sprinter en montée, debout, jusqu'à ce qu'il suffoque et s'asseye sur sa selle. Il avait mal calculé sa force.

- Je ne vais pas y arriver !

Le peloton se dirigeait vers lui à un rythme beaucoup plus rapide que le sien, avec Vanderaerden, maillot vert, qui sprintait en tête de toutes ses forces. Cabestany se remit en selle....

- Je ne comprends pas. Je ne sais pas comment j'ai été capable de sprinter à nouveau.

...et prolongea la danse agonisante jusqu'à ce qu'il franchisse la ligne d'arrivée le premier. Il n'eut même pas le temps de lever les mains. Il s'arrêta de pédaler et sa tête s'enfonça dans sa poitrine comme si on lui avait arraché la prise d'un coup. Vanderaerden le dépassa rapidement, furieusement, tardivement.

-J'ai dépassé toutes mes limites", déclara Cabestany après sa victoire.

La limite du Tourmalet

Un an plus tôt, à 23 ans, Pello Ruiz Cabestany, originaire de Saint-Sébastien, franchit une autre limite. Dans l'étape reine des Pyrénées, il  attaqua au col d'Aspin, rattrapa son coéquipier Pepe del Ramo et profita de sa roue pendant quelques kilomètres. Sur les premières rampes du Tourmalet, il continua seul.

Lorsqu'on lui demanda ce qu'il ressentit lors de l'ascension du Tourmalet pendant le Tour de France, Cabestany secoua la tête, resta silencieux un moment et laissa échapper un "buaaaah" dans sa respiration.

- C'est drôle : je souffrais comme un chien mais je ne souffrais pas. Je m'amusais, je savourais un tel moment, je m'échappais sur le col mythique que je lorgnais, enfant, dans le magazine Miroir du Cyclisme, le théâtre des champions de l'histoire du cyclisme... Le brouillard s'est installé et j'ai emprunté un couloir au sein de la foule déchaînée. Il y avait mes parents, mes amis, beaucoup de supporters basques qui m'encourageaient, j'avais l'impression de flotter. J'escaladai le Tourmalet comme un gamin, en jouant.

Il atteignit une avance d'environ trois minutes et la situation le favorisa. Le leader, Bernard Hinault, était blessé car il s'était cassé le nez quelques jours plus tôt ; le second, Greg Lemond, fidèle à son équipe n'allait pas bouger ; le grimpeur le plus explosif, Lucho Herrera, montait tranquillement en raison du pacte que les Colombiens avaient passé avec Hinault : ils s'engageaient à ne pas attaquer de loin, à ne pas révolutionner la course, et en échange, l'équipe d'Hinault leur prêtait main forte pour remporter des victoires partielles. Herrera remporta deux étapes plus celle en montagne, Fabio Parra remporta une étape et, le maillot blanc, Hinault, remporta le Tour.

Le groupe de favoris montait donc à un rythme soutenu jusqu'à ce que Pedro Delgado attaque. Le Ségovien arriva deuxième sur le Tourmalet, une minute et demie derrière son coéquipier Cabestany. Les favoris terminèrent avec près de trois minutes de retard.

Cette étape du Tour 1985 entra dans l'histoire comme un exemple de stratégie parfaite, jouée à l'ardoise, avec trois grands cols et trois coureurs de Seat-Orbea qui lancèrent des attaques échelonnées pour s'entraider et terminer avec le triomphe de Perico Delgado à Luz Ardiden. Cabestany sourit.

-C'est drôle comment cette scène a été racontée, parce qu'elle n'était pas prévue. J'ai vu que Del Ramo avait très peu d'avance sur l'Aspin, il n'avait pas plus d'une minute et nous le rattrapions, alors j'ai décidé d'attaquer à mon tour. À l'époque, il n'y avait pas d'oreillettes ni rien. Je rattrapai Del Ramo, il m'emmena un bout vers le Tourmalet mais j'étais épuisé, je fus bientôt seul en tête et je pris trois minutes. J'attaquai pour gagner l'étape. Et personne ne dit à Delgado d'attaquer, c'était sa décision.

Le directeur de Seat-Orbea, Txomin Perurena, appliqua l'orthodoxie : vous ne pouvez pas avoir un coureur de votre équipe qui s'échappe et un autre qui le poursuit. Tu dois en arrêter un.

Cabestany couronna le Tourmalet, euphorique, pensant qu'il allait récupérer ses forces dans la descente et qu'il allait ensuite monter jusqu'à l'arrivée à Luz Ardiden. Mais là-haut, dans les brumes du Tourmalet, il franchit une ligne de démarcation. Cabestany était un jeune homme talentueux de 23 ans qui, jusqu'alors, aimait le cyclisme d'attaque, montant des embuscades, imaginant des rebonds, en jouant. Il avait gagné le Tour du Pays basque 1985, à domicile, avec son équipe locale, contre les meilleurs du monde, en attaquant dans une descente ; il s'était battu pour le Tour d'Espagne 1985 dans lequel il avait gagné une étape, porté le maillot jaune pendant plusieurs jours, disputé la victoire avec Robert Millar jusqu'à l'avant-dernière étape et fut un acteur clé dans la mise en échec de l'Ecossais pendant que Delgado s'échappait pour la victoire la plus inattendue de la Vuelta. Mais sur le Tourmalet, Cabestany passa d'un cyclisme insouciant à un cyclisme beaucoup plus sérieux. Le deuxième chef d'équipe baissa la vitre de la voiture et lui donna un ordre qu’il reçut, tel un coup de massue.

-Il me donna un imperméable pour me tenir chaud pendant la descente et me dit : "Pello, tu dois attendre Perico, il vient seul. "Quoi ? "Oui, Perico arrive, lève le pied". Je commençai à pleurer terriblement. Je descendis très lentement, en regardant en arrière, en sanglotant. J'étais le premier à passer le Tourmalet et je descendis en pleurant.

Cabestany dit que ce moment était comme si quelqu'un avait éteint les lumières.

- J'avais l'impression d'être sur le devant de la scène, de m'échapper sur le Tourmalet pendant le Tour, et soudain quelqu'un appuya sur l'interrupteur et la fête s'acheva. Je passai du statut de star à celui de cycliste, payé pour obéir. Je fus abruptement ramené sur terre.

Cabestany attendit Delgado, le guida dans la descente et le tira vers les premières rampes de Luz Ardiden.

- Je donnai tout. Parce que c'était clair pour moi : l'important c'était l'équipe, il fallait obéir aux ordres du directeur et Perico était mon ami. Je ne sais pas combien de kilomètres j'ai parcouru avec lui, mais je me souviens parfaitement du virage où j'ai pété. Si on m'emmenait là-bas, maintenant, je le reconnaîtrais.

Ce travail de Cabestany fit probablement la différence entre la défaite et la victoire : Delgado remporta l'étape pour une poignée de secondes face à un Lucho Herrera qui escalada le dernier col en comblant l'écart à plein régime. Le Seat-Orbea célébra sa première victoire sur le Tour, Cabestany reçut l'une des leçons amères du cyclisme professionnel et persévéra jusqu'à ce que, l'année suivante, il remporte sa victoire la plus mémorable : celle où il ne put même pas lever les bras.